[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Contradictions des disciples de Louÿs sur cette question.

Contradictions des disciples de Louÿs sur cette question.


Si l’on reprend le raisonnement des disciples de Louÿs selon lesquels Corneille avait de si gros besoins financiers qu’il s’est résolu à être le nègre de Molière pour pouvoir toucher de l’argent à la fois sur les représentations de chaque pièce et sur la vente de leur texte aux libraires-éditeurs, on se demandera pourquoi:

a – Il n’a pas exigé que Molière fasse publier l’ensemble de ses pièces, en particulier Le Festin de Pierre (Don Juan), pièce qui avait rencontré un succès considérable et qu’on se serait probablement arraché à sa parution. Rappelons qu’on a montré récemment que, contrairement à la légende, la pièce n’a nullement été interdite par Louis XIV, et que c’est pour des raisons de programmation qu’elle n’a pas été reprise après le relâche de Pâques 1665. Rien n’empêchait Molière de la publier. Et c’est pour profiter de l’impatience des admirateurs de Molière qu’un éditeur hollandais publiera sous le nom de Molière à compter de 1674 le premier Le Festin de Pierre français, dû en 1659 au comédien-poète Dorimond, et que tout le monde avait oublié. Bref, le Corneille que nous décrivent Louÿs et ses disciples pouvait-il se priver des revenus offerts par ce qui aurait été un «best-seller»?

b – Il n’a pas exigé que Molière empêche le groupe de libraires-éditeurs qui avaient publié ses premières pièces de capter à leur profit les droits sur ces comédies et qu’il prenne ses mesures pour les empêcher de mettre en vente à leur seul profit en 1666 une édition des Œuvres de Molière. Quand on voit comment Corneille veillait jalousement depuis vingt-cinq ans sur les droits de ses propres œuvres face aux comédiens et aux éditeurs, on ne peut que juger invraisemblable qu’il ait laissé ainsi Molière se faire subtiliser ses droits s’il en avait eu sa part.

______________________________________________________________

Page précédente: La question de ses sollicitations financières.

Sous-chapitre suivant: Le fantasme d'un Corneille irrévérencieux, satirique et anti-dévot

Chapitre en cours: Louÿs (et ses disciples) sur Corneille (chap. 2)

Partie en cours: L'invention de Pierre Louÿs, ses arguments et ceux de ses disciples (Deuxième Partie)




Présentation | Plan général | Plan détaillé | Index des pages | Accès rédacteurs