[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Corneille, dit-on, cesse d’écrire pour le théâtre en 1674

Corneille, dit-on, cesse d’écrire pour le théâtre en 1674


...En 1674, peu après la mort de Molière.

Notons que Molière est mort le 17 février 1673 et que, loin de se réduire au silence, Corneille compose encore une tragédie, Suréna, qui est créée par l’Hôtel de Bourgogne en décembre 1674, un an et demi plus tard.

Cette pièce a été un demi-succès, deux ans après le demi-succès de Pulchérie. Tout porte à croire que Corneille a dû juger qu’il était temps qu’il cesse d’écrire pour le théâtre. N’avait-il pas estimé après l’échec de Pertharite en 1653, dans l'avis au lecteur de cette pièce :

La mauvaise réception que le public a faite à cet ouvrage m’avertit qu’il est temps que je sonne la retraite […]. Il vaut mieux que je prenne congé de moi-même que d’attendre qu’on me le donne tout à fait, et il est juste qu’après vingt années de travail je commence à m’apercevoir que je deviens trop vieux pour être encore à la mode.

Et, de fait, il cessa alors d’écrire pour le théâtre durant de nombreuses années. La même situation se retrouvant à la fin de 1674, alors qu’il avait désormais soixante-huit ans, il avait plus que jamais de raison d’estimer qu’il était temps qu’il se retire de la carrière.

En outre, autour de lui, son propre frère Thomas Corneille et Claude Boyer ont cessé d’écrire des tragédies précisément au moment de la mort de Molière. On pourrait en tirer des conclusions du type: n’était-ce pas Molière qui écrivait les tragédies de Thomas Corneille et Claude Boyer?… Pourquoi pas après tout? La démarche est de même nature que celle qui prétend que Corneille a écrit les pièces de Molière.

Mais non: si l’on réfléchit un peu, on s’aperçoit que Boyer et Thomas Corneille venaient d’enchaîner des échecs tandis que Racine triomphait insolemment à chaque nouvelle tragédie; et ils recommenceront à en écrire dès le lendemain du retrait de Racine de la carrière théâtrale.

____________________________________________________________

Page précédente: Les causes du déménagement.

Page suivante: L’édition des Œuvres de 1682.

Sous-chapitre en cours:La question des coïncidences dites « troublantes »

Chapitre en cours: Louÿs (et ses disciples) sur Molière (chap. 1)

Partie en cours: L'invention de Pierre Louÿs, ses arguments et ceux de ses disciples (Deuxième Partie)




Présentation | Plan général | Plan détaillé | Index des pages | Accès rédacteurs