[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > La question de l’Académie française.

La question de l’Académie française.


Les disciples de Louÿs font remarquer que Molière, quoique favori de Louis XIV, n’a pas été élu à l’Académie française. On notera une fois de plus que les disciples de Louÿs ignorent bravement les contradictions dans lesquelles les placent leurs inventions: car cet argument sous-entend que tous les académiciens savaient que Molière n’était pas l’auteur de ses pièces! et ce, alors même que c’est sensé avoir été un secret absolu. Faut-il alors estimer que tous les académiciens étaient dans le secret, que tous tremblaient et que pas un n’a parlé? que pas un n’a laissé à sa mort un récit d’une telle aventure à un descendant? que pas un n'a rédigé en secret un récit consacré à ce si extraordinaire secret?

Qui, en dehors des adeptes des théories du complot, peut ajouter foi à une telle hypothèse?

Inversement, si le secret était partagé par Corneille, Molière et Louis XIV, comme le veulent les disciples de Louÿs, on ne voit pas pourquoi Louis XIV n'aurait pas exigé des Académiciens qu'ils reçoivent en leur sein le secret prête-nom de Corneille afin de conforter la fiction qu'ils étaient tous les trois seuls au monde à connaître…

Soyons sérieux et revenons aux réalités du XVIIe siècle. Observons pour commencer que La Fontaine a été élu à l’Académie française dix ans après la mort de Molière, alors même qu’il était de la même génération que lui (il est né une année plus tôt)… Autrement dit, si La Fontaine était mort à l'âge de Molière, il n’aurait jamais été élu lui non plus à l’Académie française. Quelle conclusion aurait-il fallu en tirer? Gardons-nous d'en tirer et revenons à Molière: qui dit que s'il n'était pas mort à 50 ans et avait vécu jusqu'aux âges respectables de Corneille ou de La Fontaine et s'il avait cessé le métier de comédien pour se consacrer exclusivement à l’écriture, il n’aurait pas été élu?

__________________________________________________

Page précédente: La question des gratifications.

Partie suivante: L'invention de Pierre Louÿs, ses arguments et ceux de ses disciples (Deuxième Partie)




Présentation | Plan général | Plan détaillé | Index des pages | Accès rédacteurs