[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Molière et le métier de comédien.

Molière et le métier de comédien.


La légende d'un Molière surmené ne résiste ni à l'examen des conditions matérielles de représentation au XVIIe siècle, ni à l'examen des activités professionnelles de Molière lui-même.

a- Nombre de représentations par semaine: jusqu’à la fondation de la Comédie-Française en 1680, toutes les troupes ne jouaient que trois jours par semaine (les «jours ordinaires» de comédie: mardi, vendredi, dimanche. De novembre 1658 à l’été 1659, Molière et sa troupe jouent les «jours extraordinaires» — lundi, mercredi, jeudi et samedi — parce qu’ils partagent le théâtre où sont déjà installés les comédiens italiens; ceux-ci retournés en Italie à l’été 1659, Molière et ses compagnons prennent les «jours ordinaires»; à leur retour d’Italie, près de deux ans plus tard, ce sont les Italiens qui désormais joueront les jours extraordinaires).

Bref, sauf durant les huit premiers mois, Molière et ses compagnons jouent trois jours par semaine; à quoi s’ajoutent les «visites», c’est-à-dire des représentations données dans les demeures de grands seigneurs ou à la Cour — de loin en loin (dans les périodes les plus denses, pas plus de quelques fois par mois) —. Notons que pour ce qui est des «visites à la Cour», il faut distinguer les invitations au Louvre ou à Vincennes (surtout dans les deux premières années, et particulièrement au dernier trimestre 1660, lorsque le Petit-Bourbon était en démolition et que le Palais-Royal n’était pas encore mis en état) et les séjours à Versailles, Saint-Germain, Fontainebleau: ces séjours ne s’ajoutaient pas aux représentations hebdomadaires: durant ce temps le théâtre restait fermé.

b- À partir de 1663, Molière cesse de jouer dans les tragédies, puis dans les pièces des autres auteurs qui sont données sur le Palais-Royal. Il dispose de plus en plus de temps pour se consacrer à l’écriture.

c- Présence au théâtre à partir de 1664. À compter de la mi-novembre 1664 (voir le Registre de La Grange p.70), il abandonne à La Grange la fonction d’«annoncer» (annoncer à la fin de la séance les spectacles suivants aux spectateurs): ce qui le dispense d’être présent au théâtre les jours où on joue d’autres pièces que les siennes, c’est-à-dire les jours où il ne joue pas.

Si l’on prend l’exemple de la période durant laquelle Molière a écrit Amphitryon, la pièce qui justement a été le point de départ des affirmations de Pierre Louÿs, on observe qu’entre le 5 août 1667 et la création d’Amphitryon à la mi-janvier 1668, Molière est monté sur le théâtre en tout et pour tout six fois. (voir la page suivante).

____________________________________________________________

Page précédente: Les impossibilités de Corneille.

Page suivante: Molière directeur de troupe.

Sous-chapitre en cours: La question d’un Molière surmené

Chapitre en cours: Louÿs (et ses disciples) sur Molière (chap. 1)

Partie en cours: L'invention de Pierre Louÿs, ses arguments et ceux de ses disciples (Deuxième Partie)




Présentation | Plan général | Plan détaillé | Index des pages | Accès rédacteurs